Les activités culturelles

Reconstitution historique

Sébastien Le Prestre de Vauban et Mont Louis
2002




Sébastien Le Prestre de Vauban (1633-1707)

Alors que la nuit tombe, le ciel n'est que fleuve d'ombre au
dessus du Capcir.
Là-bas, au-delà du Col de la Quillane et du village de la LLagonne,
l'obscurité devient encore plus profonde.
Entre l'ample Cerdagne et les gorges de la Têt,
la rencontre des trois vallées et face au Cambre d'Aze,
enfoui dans ses remparts,
Mont-Louis dort…Amis !ce soir réveillons la.


MONT-LOUIS est née de la volonté d'un seul homme : VAUBAN.
Mais cet homme le connaissez vous vraiment ?
Vauban le soldat ? Vauban le bâtisseur ?Vauban l'écrivain ?Vauban le révolté ?
Né en 1633, il porte en lui, comme tous les enfant, le mystère des nouveaux nés,
de tous les nouveaux nés, de chaque nouveau né.

Vauban est un homme de guerre. C'est un soldat, un redoutable soldat.
Il va participer à 50 sièges, conduire lui même 140 assauts au cours desquels il sera blessé grièvement 6 fois. En l'espace de 10 ans, il se couvre de gloire.
Génie de la stratégie il va :
Révolutionner l'art des fortifications
Réinventer les techniques de sièges,
Bousculer tout l'art militaire.
On va dire de lui : Ville assiégée par Vauban, ville prise
Ville défendue par Vauban,ville imprenable.

Nommé Inspecteur des fortifications, il devient : " Le vagabond du roi "
Entouré d'un Etat Major restreint, (une dizaine d'hommes), il va, en quelques années, parcourir plus de 200 000 kms à travers la France. Quant on sait qu'en moyenne, on faisait 30 kms par jour. Il se déplace à cheval, en chaise à porteurs, en gabare.
Il écrit en chevauchant, dicte ses directives en marchant et crobarde le soir à l'auberge en soupant. Mais cheminant ainsi, en 10 ans, il réinvente la défense de la France.

Cela vous surprendra peut être mais cet officier déteste la guerre. Pour lui, la vie des soldats n'a pas de prix et rien n'est trop cher pour la préserver. Alors ses jugements seront sans concession. Il écrit notamment :
" La guerre a pour père l'intérêt,
pour mère l'ambition
pour proches parents toutes les passions qui conduisent au mal.
Elle est parue au monde en même temps que les deux premiers hommes…et face à ce fléau permanent et inévitable, moi inspecteur, je ne peux que constater :
Le peu de capacité et d'intelligence des Etats Majors
La petite quantité, quand ce n'est pas la carence des munitions
Le misérable état de nos garnisons. "

Devenu Inspecteur des fortifications, Vauban se fit Bâtisseur : il va créer 9 villes,
bâtir 1 port ,construire 30 forteresses en rénover 300…
Il sort des règles qui régissent les fortifications, pour lui, un seul principe : s'adapter au terrain.
A partir de ce postulat, il :
Reconsidère la Défense terrestre,
Remanie la défense côtière,
Renforce tous les ports.La France devient le Pré Carré.

Puis de bâtisseur, il se fait urbaniste : pour lui, l'architecture militaire n'exclut pas l'élégance :
Il réinvente casernes, quartiers,hôpitaux, poudrières et arsenaux.
Il imagine, église, hôtels de ville, portes et maisons des gouverneurs.
Il modernise les puits, les égouts, les canalisations, les rues et les places.
Il invente un style, un style qui portera son nom : VAUBAN


Au cours des longues soirées passées loin de chez lui et de ceux qu'il aime, ( il reste 7 ans sans rentrer)il écrit souvent logé dans des auberges minables.
Il écrit bien sur sur l'armée,mais aussi sur ses réflexions politiques, sur les impôts,la navigation,la religion,les colonies .
Il regroupe le tout en 12 volumes : "Les oisivetés "dont voici quelques extraits……

Sur la fin de sa vie, connaissant la France pour l'avoir parcourue en tout sens, il devient : Vauban le révolté, un des seuls à s'opposer au " Roi soleil "
Il s'oppose par ses jugements sans concession, par une critique ouverte de la révocation de l'édit de Nantes , en osant écrire qu'il envisage la fin de l'exemption fiscale de la noblesse….cette dernière audace lui vaudra la disgrâce et son bâton de Maréchal de France à 70 ans…

Mais, à la fin de sa vie, c'est en homme libre qu'il pourra écrire : " La fortune m'a fait naître le plus pauvre des gentilshommes de France, mais en récompense elle m'a honorée d'un cœur sincère, si exempt de friponneries qu'il n'en peut même souffrir l'imagination sans horreur "
Alors , ce soir, à un tel homme osons lui donner la parole ;.

" Je m'appelle Sébastien LE PRESTE DE VAUBAN.
Il y a bien longtemps, j'étais un homme de guerre, Commissaire général des fortifications .
Sur le tard, le roi fit de moi un Maréchal de France au blason étincelant :
" d'azur au chevron d'or, accompagné de trois trêfles de même à un croissant d'argent mis en chef… "
Beaucoup trop d'honneur pour un enfant du Morvan, de modeste lignage, petit nobliau, orphelin à 10 ans.
Sachez que cette cité que vous voulez honorer ce soir, en dix petites journées,
J'en ai choisi son emplacement
J'en ai imaginé sa forme
J'en ai dessiné ses plans

C'est un peu mon enfant, je m'en souviens encore : 762 livres , belle somme pour l'époque, elle sera pourtant insuffisante… et la 3ième partie ,la ville basse, ne verra jamais le jour.

Je sais que ce soir, certains d'entre vous pensent que ce joyau de pierres, posé sur un écrin de montagnes, au croisement des vallées, je l'ai un peu oublié !
Ils pensent que cette cité, que ces remparts, nés de ma volonté sont un peu dégradés .Rassurez- vous, si moi je suis un vieux maréchal, avec ses 300 ans, Mont-Louis n'est qu'une toute jeune cité, un peu comme une jeune femme .Certes ses vêtements sont un peu déchirés, mais elle est toujours belle, debout, sentinelle mystérieuse au cœur des Pyrénées et, ce soir, le vieux soldat que je suis s'engage à toujours veiller sur elle.
Cette nuit pour lui rendre hommage faisons la briller de mille feux.